Galerie

7 mois de recherche d’emploi… une aventure!

Le chômage, un mot qui semble de plus en plus dans l’air du temps et d’autant plus ces derniers jours. Et pour cause, tout comme moi, près de 30 000 jeunes diplômés se sont prêtés à l’exercice – périlleux – de la 1ère évaluation de l’ONEM. Une manière d’évaluer les efforts face à la recherche d’emploi du jeune ou moyen caché de pouvoir repousser le droit aux allocations d’insertion? Quoiqu’il en soit, c’est une nouveauté. Et pour couronner le tout, il ne s’agit pas que d’une seule évaluation mais bien de deux, qui se doivent bien entendu d’être positives sous peine de se voir repousser l’octroi de ces allocations. 

Je suis – presque – au chômage!

Fièrement diplômée en Presse et information de l’IHECS en septembre dernier, le moins que l’on puisse dire c’est que le monde du travail est un peu comme je le redoutais. Comme tout bon élève et pour ne pas perdre trop de temps, je m’inscris comme demandeuse d’emploi en juillet afin que mon stage d’insertion professionnel débute le plus tôt possible (entendez bien le 1er août). Dès les premières semaines dans la peau de demandeuse d’emploi, me voilà bombardée de lettres d’information. Quels sont mes droits, qu’est ce que le stage d’insertion professionnel, présentation de la carte magique JobPass mais surtout quelles sont vos obligations. Evidemment c’est sur cela qu’il fallait s’attarder.

Devoir de rechercher activement de l’emploi; devoir d’informer; devoir de disponibilité; devoir de coopérer de manière positive et last but not least devoir de répondre aux offres d’emploi

En tant que journaliste, c’est bien cette dernière obligation qui pose problème. Et ce n’est pas faute de chercher. « Aucun critère ne correspond à votre recherche » semble être le maître-mot des sites d’offres. Pas de quoi s’alarmer, il faut dire qu’on nous avait bien prévenu à l’IHECS: « le secteur est bouché ». Les discours alarmistes et décourageants de début d’année n’ont cependant pas suffit à me décourager. Me voilà donc pleinement dans ma période de recherche d’emploi, en essayant d’être « active » – comportement par excellence du jeune demandeur d’emploi.

Premières rencontres avec ma conseillère FOREM et à chaque fois un éternel recommencement:

Toujours la même situation? – Oui

Avez-vous regardé les offres d’emploi sur nos sites? – Oui

Avez-vous envoyé des candidatures spontanées? – Oui

Je suis désolé, je ne peux rien faire pour vous! – D’accord, merci. A dans un mois.

Bref, après quelques entretiens individuels avec ma conseillère, des dizaines de candidatures spontanées envoyées – dont la plupart sont évidemment restées sans réponse – et l’inscription à une ou deux formations pour dire d’être « active », voilà le jour de ma première évaluation. Entendez bien, l’évaluation d’un jeune, à peine sorti des études, qui ne touche encore aucune allocation, dans le but de savoir s’il pourrait dans un futur proche (logiquement 12 mois) se voir ouvrir l’octroi aux allocations d’insertion.

Pas question de déroger à la règle, je me présente donc à l’ONEM avec la vaste impression de me retrouver dans un commissariat. Dans les deux cas, l’accueil y est glacial, les couloirs sont ternes, des gens attendent dans tous les sens, et du personnel passe dans les couloirs sans même vous regarder. Alors n’imaginez même pas avoir un « bonjour ». Viens enfin mon tour, je pénètre alors dans une salle aux allures de poste d’interrogatoire où je faisais figure d’accusée principale. Et on ne peut pas vraiment dire que les questions y était intéressantes.

Vérification des données personnelles qui – en toute logique – se devaient d’être exactes étant donné que j’étais bien présente au rendez-vous. Quelle est votre qualification? Evidemment, ils n’ont pas pris la peine de lire mon CV, en ligne sur de nombreux sites. Mise en ligne, rappelons-le, recommandée par eux-mêmes dans le but de prouver un comportement actif. Leur précisant dès lors que j’avais un Master en Presse et information, vient alors LA question cruciale: dans quel secteur recherchez-vous de l’emploi? J’ai hésité à répondre mécanicien ou plafonneur mais me suis ravisée assez rapidement. Vient ensuite la vérification des mes candidatures, des mails envoyés, et de toutes mes démarches personnelles. Point positif, la vérificatrice salue un « très bon CV actualisé et dactylographié » – en même temps je me voyait mal amener mon CV de maternel avec mes coloriages, sans dépasser les lignes! Mes candidatures spontanées me valent aussi des salutations. Par contre, me voilà décontenancée lorsqu’on me reproche de ne pas répondre aux offres d’emploi. Et là, pas question de préciser qu’il n’y en a pas, à l’ONEM ça ne prend pas!

« Vous savez que, en tant que demandeuse d’emploi, si vos recherches dans votre domaine n’ont pas été fructueuses, après 3 mois vous devez postuler dans les domaines où il y a de l’offre »

J’en conclus donc que je suis à mon 7ème mois de recherche, que depuis le mois d’août je travaille partiellement – comme pigiste – pour une télévision locale (ce qui ne constitue pas vraiment un vrai job semble-t-il), que je postule spontanément mais n’obtiens pas énormément de réponses. Il ne me reste donc plus qu’à regarder les offres FOREM et postuler pour n’importe laquelle. Evidemment les postes d’infirmière ou de professeure de mathématique ou langues ne me correspondent pas mais bon je suppose que femme de ménage reste un secteur à la portée de tous (quoique physiquement, ça reste épuisant et que je ne tiendrais sans doute pas 1 mois). Je devrais peut-être postuler pour espérer ne pas me voir évaluer négativement lors de ma prochaine évaluation.

Quoiqu’il en soit, j’ai eu une première évaluation positive mais avec la nette impression que la seconde ne le serait pas aussi facilement. Rendez-vous dans 4 mois…

A lire aussi, le billet d’humeur d’Aurélie Dechamps, une subtile impression de déjà vécu.

Publicités

Un commentaire sur “7 mois de recherche d’emploi… une aventure!

  1. Pingback: Contrôlée positive | Visions d'Auré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s