Galerie

Le début d’une nouvelle aventure

belgodyssee2Jeudi 4 octobre, je reçois un email m’informant du casting de la Belgodyssée 2013. Ce concours destiné aux étudiants en dernière année de journalisme ou fraîchement diplômés ne m’était pas inconnu mais jamais je n’avais eu le cran de m’y inscrire. Finalement aux fils de discussions, Frédérique Thiébaut, journaliste à Notélé (Télévision régionale de Wallonie Picarde) parvient à me convaincre de me lancer dans l’aventure…

Le néerlandais, ma plus grande frayeur

Travailler en duo avec un homologue néerlandophone, voilà une des mes plus grosses craintes. Il est vrai que le néerlandais n’est pas mon meilleur atout pour cette aventure. Un peur qui visiblement paralyse de nombreux candidats francophones. La Belgodyssée m’offrait pourtant la possibilité de me réconcilier avec la langue d’une manière assez agréable. C’est alors que je me suis dit que je devais tenter ma chance.

Le casting: de longues heures d’attente mais une aventure humaine extraordinaire

L’inscription au casting effectuée, le reste de l’aventure allait se jouer lors de celui-ci. C’est au sein du bâtiment de la Fondation Roi Baudouin, situé à quelques jets de pierre de la place des Palais à Bruxelles, qu’avait lieu ce rendez-vous. A mon arrivée, de nombreux candidats étaient déjà présents. C’est alors que j’aperçu des têtes un peu familières. Rassurant quand on débarque dans un horizon totalement nouveau et inconnu. De longues heures d’attente s’écoulèrent alors; le temps pour certains de se préparer à l’entretien avec le jury, le temps pour d’autres d’apprendre à se connaître. Une frontière linguistique déjà bien estompée. J’ai tout d’abord été étonnée de constater le niveau de français qu’avaient tous ces jeunes néerlandophones. Ensuite, quelle merveille de s’apercevoir que malgré les différences, on est tous identiques et quelque soit la barrière, nous parvenons à nous comprendre. Que se soit en français, en néerlandais, en anglais quand cela s’y prêtait ou même pour certains en espagnol, tous les moyens étaient bons pour se faire entendre. L’expérience Belgodyssée 2013 s’avérait déjà extraordinaire.

14h30, l’heure du casting. Après de longues heures d’attente, le stress commençait à se faire ressentir. L’envie de bien faire, l’envie d’impressionner mais aussi la volonté de se faire remarquer pour que l’aventure puisse continuer. A mon entrée dans la salle, j’ai été impressionnée de voir autant de monde autour de la table. Finalement, après m’avoir mise à l’aise, tout s’est déroulé sans encombre.

Il ne restait donc plus qu’à attendre les résultats, un petit sms qui devait parvenir aux 8 candidats francophones et 8 candidats néerlandophones sélectionnés.

Un sms qui fait du bien!

BelgodysséeDans la salle, chacun attendait impatient, téléphone en main, le message qui annoncerait le début officiel dans l’aventure Belgodyssée 2013. 15h41, les premiers téléphones retentissent et la joie se lis sur quelques visages, alors que d’autres, déçus espèrent encore pouvoir faire partie des heureux finalistes. De la joie et de la déception, des émotions partagées par chacun d’entre nous.

Finalement, l’aventure débute pour moi. Fière d’avoir osé dépasser ma peur de la barrière linguistique, heureuse d’avoir rencontré des personnes formidables et impatiente de découvrir ce que me réservera l’aventure Belgodyssée 2013…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s